Rapports sur le stage de formation

Rapports pédagogiques des formateurs

Georges Gagneré (metteur en scène)

En fin de parcours, chacun des participants a pu réellement mesurer les enjeux que représentait l'utilisation du numérique temps réel par rapport à son travail personnel et a pu formuler une stragégie de travail futur et/ou de formation complémentaire en vue de poursuivre son exploration.
Les interventions extérieures de l'ISTS, d'Interface Z et de l'IRCAM ont été très constructives et ont permis aux participants de faire un tour d'horizon de ce qui existait en France en terme d'enseignement et de centre de ressource. Cette synergie entre théâtre (TNS) et centres spécialisés (IRCAM et autres) doit être poursuivie et renforcée.
Par rapport au thème de la formation, il était fondamental de donner aux participants un temps de maturation entre chacun des modules proposés. Il aurait cependant été souhaitable de rendre les 3 modules indépendants au niveau des inscriptions et de laisser les participants choisir de poursuivre l'exploration après la phase initiale de sensibilisation. Cela poserait cependant d'autres problèmes d'organisation administrative...
En ce qui concerne la différentiation des profils : il y avait 4 metteurs en scène, 1 réalisateur sonore et 1 régisseur vidéo. Il est fondamental de faire coexister la formation sur les plans artistique et techniques. Le dialogue qui a pu se construire entre technique et artistique était très pédagogique. Cependant, pour maintenir un indispensable passage à la pratique, cela exige une démultiplication de l'équipe encadrante en moyen et en énergie, ce qui a été très lourd à assumer. Une solution possible est de recentrer plus précisément chaque module selon des niveaux de formation.
En l'occurrence, 3 modules d'une semaine ne permettent pas d'acquérir un niveau "approfondissement". Pour des débutants, ce qui était le cas dans le cadre de ce stage, 3 semaines permettent de commencer à se débrouiller dans la manipulation des logiciels moteurs ou dans la formulation dramaturgique de dispositifs interactifs simples. Ce niveau ne permet pas de déployer des performances complexes intéressantes pour un comédien. Le champ d'exploration se limite à des essais, plus qu'à de véritables performances abouties.
L'utilisation du centre de ressource en ligne www.didascalie.net a été fondamental et permet désormais à chaque participant d'identifier un réseau d'interlocuteurs compétents et de poursuivre le dialogue.

Guy Levesque (régisseur vidéonumérique)

Ces 3 semaines constituent un ancrage de connaissances dans les processus de création avec les nouveaux outils du temps réel
(informatique, captation de gestes, captation vidéo des mouvements, création de médias audiovisuels...). Deux notions essentielles ont marqué les esprits: programmation informatique pour la création d'environnements multimédias interactifs et écriture théâtrale des images et des sons en temps réel (scénographie/dramaturgie/formation
comédien aux capteurs).
Ce stage a été aussi l'amorce d'une sensibilisation des metteurs en scène et régisseurs présents (dialogue de fond) aux nouveaux métiers de la programmation, de l'audiovisuel temps réel au sein d'une équipe de création théâtrale (impact sur l'organisation temporelle et les méthodes de travail, ressources humaines et compétences).